e    r    !   


Les pages suivantes n’ont d’autre but
que de présenter quelque 200 images
extraites de mes albums,
qui en contiennent environ quinze mille.
Et les lignes suivantes tentent d’exposer
succinctement les motivations qui m’ont conduit
à créer ce site.
J’invite ceux et celles que les discours,
même brefs – et sincères –, rebutent
à se rendre directement en bas de cette page.

Le Net permet au photographe amateur
(comme à tout créateur non professionnel),
frustré de ne pouvoir facilement exposer ses « œuvres »,
d’ouvrir une galerie virtuelle
accessible aux passants du monde entier.
Cette liberté est évidemment un peu dangereuse
(du point de vue de l’art s’entend) :
personne ne m’empêchera
de publier sur la Toile les images
du mariage de mon pote,
dont l’unique intérêt – éventuel – pour l’internaute moyen
est d’ordre sociologique.
Et pourtant, cette liberté est fondamentale.
À partir du moment où elle n’empiète pas
sur celle d’autrui (air connu),
elle rend possible des échanges que nul
n’aurait pu imaginer
il y a seulement dix ans.
Échanges d’informations, bien sûr,
c’était le but initial, toujours d’actualité ;
échanges commerciaux, je ne m’y étendrai pas ;
échanges d’émotions : c’est le dessein
que je poursuis, avec, sans doute,
mais c’est involontaire,
la petite dose de vanité commune à tous les créateurs.

La photo n’est rien sans le sujet :
à travers les images, c’est la réalité, fugace ou solide comme le roc,
intemporelle ou parfaitement datée,
que le photographe donne à voir ;
en l’occurrence, pour une large part, il s’agit de paysages,
de plantes, de ciels, de monuments.
Pour un timide, la photographie de personnages inconnus
est un acte d’une audace folle :
la série d’images que je soumets à votre appréciation
est donc tout sauf une galerie de portraits, bien que
personnellement je considère ce type de photos
comme l’apanage des plus grands.

Engendrée par l’émotion qui a saisi son auteur,
la photo, tout naturellement, fait naître l’émotion
chez qui la regarde
(c’est du moins l’une des définitions que l’on peut proposer
d’une bonne photo) :
elle transcrit aussi bien la beauté que l’horreur
(les reportages de guerres ou de famines...),
l’Histoire du monde ou le simple souvenir
(les instantanés que tout le monde fait
lors des réunions entre parents ou amis).
Si mes images ne sont pas du genre « choc »,
elles ne tombent pas non plus, je pense, dans le « cul-cul »
ou le « cliché » au sens péjoratif du mot.
J’ose espérer qu’elles plairont à certains
et ne laisseront pas les autres indifférents
(« certains » et « indifférents » étant aussi à conjuguer
au féminin, évidemment).

J’arrête là mon discours
( il n’est pas si long...
retour en haut de page pour les visiteurs
qui l’avaient sauté et qui sont maintenant
rongés par le remords)
et vous ouvre la porte d’une modeste galerie.
Bonne promenade, et n’hésitez pas à réagir
(tous les commentaires sont regroupés dans le livre d’or).




MODE D’EMPLOI - PRÉCAUTIONS D’USAGE
(encore de la littérature...)


Sommaire
(enfin des images !)



TABLE DES PHOTOS



Parcours aléatoire